dimanche, mars 3, 2024
AccueilScience - Technologie - EnvironnementParis, première ville d’Europe où l’on risque de mourir de chaud

Paris, première ville d’Europe où l’on risque de mourir de chaud

oir Paris et mourir… de chaud. C’est ce que révèle une étude parue en avril dans The Lancet Planetary Health. Les chercheurs ont évalué, sur la période 2000-2019, la surmortalité induite par des températures extrêmes, chaudes ou froides, c’est-à-dire au-dessus ou au-dessous des températures de confort. L’analyse porte sur 854 villes de 30 pays européens. Les résultats montrent que le froid tue 203 620 personnes par an contre 20 173 pour le chaud. Et la capitale française est donc la ville où le risque de mourir de chaud est le plus élevé d’Europe : il est multiplié par 1,6 en moyenne par rapport aux températures de confort. « Cela peut s’expliquer par le fait que c’est une agglomération très exposée à l’effet d’îlot de chaleur urbain (ICU), qui provoque une forte élévation de la température en été », commente Pierre Masselot, l’un des principaux auteurs. Londres, par contre, arrive en tête de la surmortalité due au froid. Le risque y est multiplié par 2. En cause : la vulnérabilité des populations les plus modestes, qui ont des logements moins bien isolés et moins bien chauffés.

Le but de ces travaux est de prévoir les effets du réchauffement climatique sur la mortalité. Si aujourd’hui le froid tue plus que le chaud, l’augmentation des températures dans les prochaines décennies devrait inverser la tendance. Il est probable que les populations développeront des comportements permettant de s’adapter à ces pics de chaleur : multiplication des climatisations, réduction des activités extérieures aux heures les plus chaudes, etc. Les chercheurs s’attendent même à une sorte d’habituation physiologique à de futures canicules.

Source: www.lepoint.fr

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments