mardi, juin 25, 2024

Proverbe: Eduquer une femme, c'est éduquer un village.

AccueilConseil de Ministre - DiplomatieLa Cédéao envoie Patrice Talon en mission auprès des juntes en Guinée,...

La Cédéao envoie Patrice Talon en mission auprès des juntes en Guinée, Mali et Burkina Faso

Le nouveau président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) Bola Tinubu a reçu mardi 18 juillet au Nigeria ses homologues béninois Patrice Talon et bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo. Au Bénin, le ministre des Affaires étrangères, Olushegun Bakari, livre ce mercredi 19 juillet des détails sur les résolutions de ce mini-sommet qui s’est tenu hier à Abuja.

Deux décisions ont été prises sur lesquelles le ministre des Affaires étrangères béninois, Olushegun Bakari, en a dit un peu plus ce mercredi matin, face à la presse. La première est une mission du président Patrice Talon auprès de ses trois homologues de transition dans la région : le Burkina Faso, le Mali, et la Guinée. Il va rencontrer les trois chefs de transition de ces trois pays, Assimi Goïta, Mamadi Doumbouya et Ibrahim Traoré.

Cette mission est pensée « pour renouer le dialogue au niveau présidentiel », a affirmé le ministre des Affaires étrangères béninois, Olushegun Bakari. Même si à ce jour, aucune indication sur la date pour le premier voyage, la première destination, ou la durée de la mission n’a été communiqué, les contacts sont déjà en cours, selon le chef de la diplomatie béninoise.

Autre point important, la mission du président Talon ne décharge pas les médiateurs Mahamadou Issoufou (ancien chef d’État du Niger), Goodluck Jonathan (ancien président nigérian) et Boni Yayi (ancien président béninois).

Le ministre précise que Patrice Talon effectue ces missions dans une optique de fraternité, mais il ajoute en même temps que la Cédéao reste attachée à des transitions rapides, des processus électoraux inclusifs, et veut qu’on respecte les chartes de transition.

Une deuxième décision sur la force armée Ecomog

La deuxième décision prise hier à Abuja concerne la réactivation de la force armée de la Cédéao, appelée Ecomog, pour faire face à la menace sécuritaire dans la région. 

Un comité technique composé des collaborateurs des présidents de la « troïka » (trio formé par les présidents du Bénin, Nigeria et Guinée-Bissau, et décidé par le Nigérien et président de la Cédéao Bola Tinubu lors du dernier sommet de l’organisation régionale, tenu à Bissau le 9 juillet), sera composé d’ici à la fin de la semaine pour définir les missions dévolues à cette force, les besoins en hommes et en ressources financières.

Sur le financement, la Cédéao insiste sur un point : l’ambition est de financer la force sur fonds propres, mais l’institution reste ouverte à la contribution des partenaires. Selon nos informations, l’un des premiers objectifs sera la lutte contre le terrorisme. Ce comité technique détient soixante jours pour rendre sa copie.

S’assurer du respect du protocole de la Cédéao

Soutenus par le Niger, le Nigeria, le Bénin et la Guinée-Bissau ont constitué une commission tripartite chargée de trouver des solutions de sécurité alternatives après le retrait de la mission de l’ONU au Mali (Minusma). Les quatre pays réunis à Abuja hier ont abordé la situation politique et sécuritaire en Afrique de l’Ouest et « ont réaffirmé leur soutien à des transitions démocratiques rapides dans ces pays », a assuré le président de la Commission de la Cédéao, Omar Alieu Touray.

Selon ce dernier, « les dirigeants ont décidé de réengager le Mali, le Burkina Faso et la Guinée à leur plus haut niveau ». « Le président du Bénin, membre de la « troïka », va bientôt entreprendre une mission dans ces trois pays au nom des chefs d’État. Les transitions doivent être en accord avec le protocole de la Cédéao et les chartes de transition respectives », a-t-il déclaré auprès du correspondant de RFI Hausa à Abuja, Kabir Yusuf.

Concernant la sécurité, les dirigeants sont résolus à fournir une réponse régionale robuste pour contrer toute menace. Cette réponse comprendra l’opérationnalisation du Plan d’action de la Cédéao, avec nos propres troupes et nos propres financements. Elle comprendra également un soutien à chaque État-membre de la région. Cette réponse comprendra aussi des arrangements spécifiques, comme des modèles bien particuliers de paix et de sécurité.

Source: www.rfi.fr

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments