jeudi, juillet 25, 2024

Proverbe: Eduquer une femme, c'est éduquer un village.

AccueilEconomie - PolitiquePrésidentielle en Russie : une victoire sans surprise

Présidentielle en Russie : une victoire sans surprise

Sans véritable opposant, Poutine a remporté dimanche soir un 5e mandat et devrait rester au pouvoir au moins jusqu’en 2030

Il n’y avait aucun suspense. Dans ce que Washington a qualifié de « simulacre » d’élection, Vladimir Poutine a été réélu président de Russie pour un cinquième mandat, dimanche soir, avec 87,28 % des suffrages d’après la commission électorale. Un record, alors que le président russe n’avait jamais dépassé les 68 %. Au pouvoir depuis 24 ans – plus que n’importe quel leader de la Russie depuis Staline – Vladimir Poutine est réélu jusqu’en 2030. Et pourrait en théorie continuer jusqu’en 2036 s’il décidait de briguer un sixième mandat.

Dans un communiqué, le ministre français des Affaires étrangères écrit que la France « prend acte » de la victoire de Poutine, affirmant que « les conditions d’une élection libre » n’étaient « pas réunies ».À son QG de campagne, le président russe a revendiqué la victoire dans la soirée, remerciant ses supporteurs de s’être exprimés « d’une seule voix ». Saluant « nos guerriers qui combattent au front » en Ukraine, Poutine a assuré que la Russie ne se laisserait « ni intimider ni écraser » par l’Occident.

La France mise en garde contre un envoi de troupes en Ukraine

Vladimir Poutine a évoqué la France à plusieurs reprises lors de sa conférence de presse. « Les militaires de l’Otan sont présents en Ukraine, nous le savons, on entend parler français et anglais sur place », a-t-il dit. « J’aimerais que la France ne joue pas ce rôle qui ne fait qu’aggraver le conflit mais qu’elle fasse plutôt quelque chose pour trouver des solutions pacifiques. La France pourrait jouer ce rôle, mais tout n’est pas encore perdu », a-t-il ajouté.

Invité de BFMTV la veille, Piotr Tolstoï, le vice-président de la chambre basse du Parlement russe, avait déclaré : « Ça va terminer par les cercueils à Orly et ce ne sera pas Macron qui va les accueillir là-bas à l’aéroport. »

L’ex-président russe Dmitri Medvedev a aussitôt qualifié la réélection de Vladimir Poutine de « victoire brillante ». À travers le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lin Jian, la Chine a exprimé ses « félicitations » à la presse. « Nous sommes convaincus que, sous la direction stratégique du président Xi Jinping et du président Poutine, les relations entre la Chine et la Russie continueront à progresser », a-t-il ajouté.

Ailleurs à l’international, les condamnations se multiplient. Londres, par la voix de son ministre des Affaires étrangères David Cameron, a dénoncé « l’organisation illégale d’élections sur le territoire ukrainien, l’absence de choix pour les électeurs et l’absence de contrôle indépendant de l’OSCE », l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Pour la Pologne, « l’élection présidentielle en Russie n’est pas légale, libre et équitable ». Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, lui, estime dans un message publié sur les réseaux sociaux que Poutine est « ivre de pouvoir ».

Ioulia Navalnaïa vote « Navalny »

Les candidatures des opposants Boris Nadejdine et Ekaterina Dountsova ayant été recalées, Vladimir Poutine se présentait face à trois pseudo-adversaires qui ont tous soutenu la guerre en Ukraine : le nationaliste Léonid Sloutski, du parti libéral démocrate (LDPR), le communiste Nikolaï Kharitonov et l’ancien homme d’affaires Vladislav Davankov.

Un mois après la mort d’Alexeï Navalny, son épouse Ioulia Navalnaïa a voté à l’ambassade russe à Berlin. Symboliquement, elle a déclaré devant les caméras avoir écrit « Navalny » sur son bulletin, remerciant sur X les dizaines de manifestants venus la soutenir. Dans son discours, dimanche soir, Vladimir Poutine a assuré qu’il avait donné son accord de principe pour un échange de prisonniers juste avant la mort de Navalny. Et de répondre à un journaliste de NBC News : « Peut-être que vous me croirez, peut-être pas. Malheureusement, ce qui est arrivé est arrivé».

Source:www.lepoint.fr

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments