jeudi, juillet 25, 2024

Proverbe: Eduquer une femme, c'est éduquer un village.

AccueilEconomie - PolitiqueSénégal : la victoire de Bassirou Diomaye Faye saluée dans le monde entier

Sénégal : la victoire de Bassirou Diomaye Faye saluée dans le monde entier

Si les résultats officiels du premier tour n’ont pas encore été annoncés, la victoire de l’opposant sénégalais ne fait plus aucun doute. Elle a été actée par son principal rival et le président sortant Macky Sall.

Sa réaction était attendue, elle a entériné la victoire de l’opposant Bassirou Diomaye Faye, alors même que la commission électorale nationale n’a pas encore annoncé le décompte. « Au regard des tendances des résultats de l’élection présidentielle et en attendant la proclamation officielle, je félicite le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye pour sa victoire dès le premier tour », a déclaré le candidat du pouvoir, présenté comme l’un des favoris du scrutin, Amadou Ba, dans un communiqué diffusé à la mi-journée ce lundi 25 mars. À peine quelques minutes plus tard, le président de la République, Macky Sall, lui emboîtait le pas. « Je salue le bon déroulement de l’élection présidentielle du 24 mars 2024 et félicite le vainqueur, M. Bassirou Diomaye Faye, que les tendances donnent gagnant. C’est la victoire de la démocratie sénégalaise », a-t-il publié sur le réseau social X, reconnaissant la victoire annoncée du candidat issu de la formation dissoute Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef).

La communauté internationale unanime

Bassirou Diomaye Faye, qui a eu 44 ans ce lundi, était peu connu des Sénégalais jusqu’à ce que le fondateur du Pastef, Ousmane Sonko, le plus redoutable opposant politique du Sénégal le désigne comme candidat à sa place. Les deux hommes ont été libérés de prison il y a seulement 10 jours. « Je lui souhaite beaucoup de succès, pour le bien-être du peuple sénégalais », a fait savoir Amadou Ba, s’adressant à Bassirou Diomaye Faye en tant que président.

Même son de cloche au sein de la classe dirigeante sénégalaise. Plusieurs candidats en lice pour la présidentielle avaient déjà salué la victoire de Bassirou Diomaye Faye, dès dimanche soir. « Le peuple sénégalais est sorti massivement pour voter ce 24 mars 2024, preuve de la vitalité démocratique de notre république […] Les tendances montrent que Diomaye Faye a gagné au premier tour. Il devient le cinquième président du Sénégal. Je le félicite chaleureusement ainsi que Ousmane Sonko », a déclaré l’opposant Mamadou Lamine Diallo sur son compte X (ex-Twitter).

L’ancien ministre et actuel représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Abdoulaye Bathily, a écrit sur le réseau social X, « Je félicite le Pastef et ses leaders @SonkoOfficiel &@DiomayeFaye et toutes les forces vives de notre pays pour cette belle victoire qui ouvre la voie à la réhabilitation de l’exception sénégalaise et à la reprise de la marche de notre beau pays pour la démocratie et le progrès », a-t-il publié. « L’élection présidentielle de ce jour 24 mars 2024 constitue un événement historique majeur qui réconcilie la démocratie sénégalaise avec ses plus belles pages de gloire. Une immense raison de joie et de fierté pour moi et tous les démocrates sénégalais », conclut-il.

La seule femme candidate, Anta Babacar Ngom, n’a pas été en reste dans ce concert de compliments. « Félicitations à M. Bassirou Diomaye Faye pour sa victoire incontestable, qui est le fruit de la volonté des Sénégalais », a-t-elle écrit sur son compte Facebook.

Idrissa Seck, candidat et habitué de l’arène politique sénégalaise, a salué la maturité démocratique du Sénégal et a adressé ses félicitations au candidat vainqueur, exprimant ses vœux de réussite pour le bénéfice du peuple sénégalais.

Karim Wade, candidat recalé du Parti démocratique sénégalais, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, s’est aussi réjoui de cette victoire sur X.

Plus qu’un plan B, Bassirou Diomaye Faye s’apprête à devenir le plus jeune président de ce pays d’Afrique de l’Ouest et le plus jeune chef de l’État élu actuellement en poste en Afrique, même s’il y a des dirigeants plus jeunes, mais arrivés au pouvoir par la force.

Le scrutin a été suivi avec attention à l’étranger, notamment en Afrique, le Sénégal étant considéré comme l’un des pays les plus stables d’une Afrique de l’Ouest secouée par les putschs. L’un des premiers dirigeants à s’être exprimé est le voisin, Adama Barrow, président de la Gambie. « Je félicite M. Bassirou Diomaye Faye pour une élection victorieuse et félicite le peuple de la République du Sénégal. »

Le président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló, a également posté un message sur le réseau X : « J’adresse mes vives félicitations au nouveau président du Sénégal M. Bassirou Faye pour son éclatante victoire aux élections. Je lui souhaite un mandat plein de paix, de prospérité et de progrès. Et tous mes vœux d’heureux anniversaire au président Faye ! »

La satisfaction qu’a entraînée le dénouement du scrutin dépasse largement le cadre continental. « L’engagement du peuple sénégalais en faveur du processus démocratique fait partie des fondements de notre profonde amitié et de nos liens bilatéraux forts », a réagi le porte-parole du département d’État américain, Matthew Miller.

Le président français Emmanuel Macron a félicité lundi soir Bassirou Diomaye Faye, en français comme en wolof, et s’est réjoui de « travailler avec lui », dans un message sur le réseau social X.

Lors de sa toute première prise de parole, le futur président du Sénégal a tenu à rassurer : « Je voudrais dire à la communauté internationale, à nos partenaires bilatéraux et multilatéraux que le Sénégal tiendra toujours son rang, il restera le pays ami et l’allié sûr et fiable de tout partenaire qui s’engagera avec nous dans une coopération vertueuse, respectueuse et mutuellement productive », a-t-il dit dans une déclaration à la presse.

« Enfin ! » S’exclame la presse africaine

Après des années de crise, d’agitations, de rebondissements, les Sénégalais ont voté le 24 mars, « ultime étape d’un processus électoral dont la mise en œuvre au forceps a éprouvé comme jamais les fondements institutionnels du pays », analysait l’Agence de presse sénégalaise (APS). Plus de 7 millions d’électeurs étaient appelés à choisir un successeur au sortant Macky Sall. Premier constat : « L’élection s’est bien déroulée globalement », a salué unanimement la presse africaine. Un soulagement après des semaines de crise institutionnelle suite à l’annonce du report de l’élection initialement prévue le 25 février, par le chef de l’État, le jour du lancement de la campagne électorale.

À la veille du scrutin, peu osaient se prononcer sur son issue. « Bien malin est celui qui pouvait prédire ce qui vient de se passer ces dernières 48 heures, et qui sans doute risque de déjouer les pronostics qui dégageaient des tendances lourdes », avançait All Africa, soulignant aussi que « les différents candidats en lice rivalisaient via des communiqués sur les nombreux ralliements à leurs coalitions pour crédibiliser davantage leurs prétentions victorieuses ».

« Le 1er tour de cette présidentielle sénégalaise est si porteur d’équations à plusieurs inconnues que certains analystes parlent d’une élection de tous les possibles, d’un scrutin sauvé des eaux, d’une démocratie qui revient de loin. De fait, qui eût cru, il y a un mois, que les Sénégalais iraient aux urnes ce 24 mars, qui plus est dans un calme plat et avec engouement, à en croire les files d’attente hier matin devant les bureaux de vote ? », interrogeait L’Observateur Paalga, au Brukina Faso.

Rapidement, les premières tendances ont été publiées par la presse sénégalaise et sur les réseaux sociaux. Sur les 19 candidats, les projecteurs restent braqués sur les deux principaux. En soirée, l’Agence de presse sénégalaise (APS) donnaient les premières « tendances favorables à Bassirou Diomaye Faye dans la capitale », un des plus gros bassins électoraux du pays. De nombreux journaux titraient au petit matin du 25 mars : « L’opposant antisystème Bassirou Diomaye Faye proche de la victoire ». « Y aura-t-il un second tour ou un vainqueur dès le premier tour de la présidentielle ? », la question est revenue en boucle avant le dénouement de cette folle journée. À souligner, que ces réactions interviennent alors que les résultats n’ont pas été proclamés par la commission nationale de recensement des votes dirigé par le président de la Cour d’appel de Dakar.

Source: www.lepoint.fr

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments